La « Venise de Thaïlande »

On s’est tous retrouvé de bon matin pour un petit déjeuner. Tout le monde avait des petits yeux, chacun faisant le bilan de sa nuit « tumultueuse ». C’est bizarre, depuis ce matin, tout le monde hait les tourterelles ! Pour nous remettre de nos émotions, nous avons embarqué avec Mademoiselle Tip sur sa jonque à moteur et nous sommes partis visiter la « Venise de Thaïlande ».
Ayuthaya : ancienne ville impériale, conquise mais pas colonisée par les Khmers (encore eux), qui sont venus ici il y a quatre cents ans, y ont construit des temples et … sont repartis ensuite chez eux.
Nous avons pu admirer le fameux Wat Suwam Dararam. C’est juste un « Big big Bouddha » de 40 m de hauteur, tout recouvert de feuilles d’or. C’est le plus grand Bouddha de Thaïlande. Pépère prend de la place dans le temple qu’on a construit autour. Eh oui ! On a bâti Big Big Bouddha puis on l’a recouvert d’un temple.
Quand on est arrivé dans l’enceinte, des dizaines de personnes étaient prosternées devant la statue, les mains jointes tenant un bâton d’encens ; la foule prononçant une prière pour bénir le tissu offert par les moines. Ce tissu a été ensuite hissé par plusieurs bonzes pour habiller Big Big Bouddha qui avait peut-être un peu froid !!!
On a assisté au rituel de la baguette de bambou qui tombe du pot que tu secoues avec frénésie. Tu regardes le numéro inscrit sur la baguette, tu vas chercher à quel message ça correspond auprès d’un bonze et tu repars tout content de savoir que « la vie a des hauts et des bas mais, que si tu es bien sage et bien gentil avec les autres, alors le vent du bonheur viendra te ceindre d’une aura de pets, pardon, de paix! Amen ! » (J’suis vraiment pas chébran religion, au cas où vous ne le sauriez pas.)
La visite de la cité s’est poursuivie toute la matinée. Les Khmers ont construit ici une multitude de temples. Dès qu’un roi décédait, son successeur faisait construire un nouveau palais et un nouveau temple dédié à Bouddha ou à l’un de ses potes. Le roi claquait dans les doigts en s’adressant à ses sujets: « Allez hop ! Au boulot ! Faites moi quelque chose de bien et surtout de grand car moi, le roi, j’aime bien ce qui est beau et grand ». Et le peuple qui était totalement soumis s’employait alors à satisfaire les volontés royales… et le premier qui mouftait devait sans doute être donné en pâture aux varans ou aux tigres, non mais ! C’est pour cette raison que le peuple faisait tout pour que leur roi dure le plus longtemps possible. En effet, si un roi mourait tous les ans, ça devait être compliqué pour le peuple de suivre le marché de l’offre et de la demande dans le secteur de la construction de palais et de temples. Enfin bref ! A Ayuthaya, on a la réplique de Venise version Thaï-Khmer.
A propos de varans , on en a croisé plusieurs qui nageaient dans le klong. Certains mesuraient bien 1,50 m de long, voire plus. L’un d’eux est monté sur la berge, a saisi un petit chien pouilleux et l’a dégusté sur place sans autre forme de procès. Sur ce, tout le monde a sagement sorti ses mains qui traînaient dans l’eau pour trouver un peu de fraîcheur…
Nos quatre amis sont repartis vers Chang Maï et Thomas et moi avons décidé de louer des vélos pour aller nous promener dans le parc des temples. Balade bien sympa, avec le passage obligé au petit marché local où on s’est régalé de champoo, (je vous dis pas ce que c’est, vous n’aurez qu’à venir avec nous la prochaine fois !) de jus de fruits, de trucs au machin et de machins au trucs…

Written by

Laisser un commentaire